ULB Center for Diabetes Research

diabète

ULB Center for Diabetes Research

 

header3.jpg

Le diabète sucré est constitué par un groupe de maladies métaboliques caractérisées par une hyperglycémie chronique qui peut mener à des complications chroniques telles que des troubles cardiovasculaires, de la cécité ou de l’insuffisance rénale. L’hyperglycémie diabétique résulte d’une défaillance des mécanismes de régulation de la glycémie par incapacité à produire suffisamment d’insuline ou à répondre à l’insuline de manière efficace.

Les thérapies actuellement disponibles consistent à administrer de l’insuline ou des drogues qui augmentent la sécrétion d’insuline ou la sensibilité à l’insuline. Malheureusement, ces thérapies n’assurent pas un contrôle suffisant de la glycémie sur le long terme et ne permettent pas d’enrayer l’évolution de la maladie.

Par conséquent, il est essentiel de déployer de nouveaux axes de recherche intensive visant à développer de nouvelles stratégies thérapeutiques. Il existe deux formes principales de diabète:

 

Le diabète de type 1

Le diabète de type 1 représente 10 à 15% des cas de diabète et résulte d’une destruction progressive par un mécanisme auto-immun des cellules bêta productrices d’insuline dans les îlots de Langerhans du pancréas. Ainsi privés de leurs cellules bêta, les patients diabétiques de type 1 sont dépendants d’injections quotidiennes d’insuline pour contrôler leur taux de sucre sanguin.

Les chercheurs de l’UCDR consacrent leurs efforts à élaborer de nouveaux moyens de détection, de prévention, et de traitement de la maladie. La recherche associe études cliniques et études fondamentales et utilise des cellules humaines et des cellules de rongeurs afin d’étudier les causes et les mécanismes de la maladie, et d’explorer de nouvelles approches thérapeutiques.

 

Le diabète de type 2

L’hyperglycémie que l’on rencontre dans le diabète de type 2 apparait suite à une incapacité des cellules bêta à produire suffisamment d’insuline, combinée à une résistance à l’insuline au niveau du foie, des muscles et des tissus adipeux. Environ 80% des patients diabétiques sont atteints de diabète de type 2, et 60 millions de personnes en Europe en sont affectées.

On rencontre une certaine prédisposition génétique dans le diabète de type 2, mais des facteurs extérieurs tels l’obésité, la sédentarité, l’âge et une alimentation déséquilibrée sont autant d’éléments qui augmentent nettement les risques de contracter un jour la maladie.

Le développement du diabète de type 2 est un phénomène complexe qui implique des interactions entre de multiples voies de signalisation et les tissus.

La prévalence croissante de l’obésité dans la société aura pour conséquence immédiate une augmentation constante des cas de diabète de type 2, avec d’importants retentissements économiques sur la santé publique à travers une explosion des coûts du système de santé.

Il n’existe à l’heure actuelle aucun traitement de la maladie, raison pour laquelle il est urgent de développer une recherche intensive et de nouvelles pistes thérapeutiques à proposer au patient.

 

Nous rendre visite

L’UCDR est un Centre de recherche dont l’excellence et le niveau de qualité très élevé de ses travaux lui ont valu une reconnaissance internationale. Il est constitué d’une équipe de jeunes chercheurs et de chercheurs confirmés de grand talent.

Vous êtes les bienvenus si vous désirez visiter notre Centre pour être informés des études en cours, découvrir comment nos scientifiques font progresser la recherche jour après jour afin d’améliorer la santé des personnes diabétiques, ou si vous souhaitez postuler un emploi.